Le voleur de rêves

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le voleur de rêves (15)

Message par Lydia le Sam 11 Fév 2012 - 20:08


Le coeur en joie, tripes en liesse
les vers menottes se détricotent
et dansent en remuant les fesses,
le ventre en l’air, leurs pieds gigotent.

Je profite de cet instant
pour les planter sur une haie
Le temps est alors au présent :
Courir, voler, leur échapper !

Je suis cachée...



"Où êtes vous ? Où êtes vous ?"
Cousin Armand passe à côté sans me trouver,
je suis trop bien cachée.

Le temps passe, le temps s'écoule,
Et je n'entends plus aucun bruit.

Les rayons du soleil me parviennent de loin,
Un ciel orange, à l'horizon,
pose un doigt sur mon front.
Mes yeux prennent feu.

Je suis seule, abandonnée,
Dans cet immense champ
je nourris les hannetons.
Yaya n'est plus là et l'arbre est désolé.

"Ils sont partis ? Pourquoi ?
Ils m'ont oubliée !
ils n'ont pas le droit !
que va dire tata Louise ?”



Que vais-je devenir ?



Dernière édition par Dial.e le Dim 19 Fév 2012 - 9:08, édité 2 fois

Lydia
Admin
Admin

Féminin Messages : 1732
Date d'inscription : 08/10/2011

http://lydelune.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Le voleur de rêves (16)

Message par Lydia le Sam 18 Fév 2012 - 12:03


Je m'apprête à pleurer,
à vider mon coeur dans un papier,
à m’essuyer les yeux,
à me moucher,
lorsque la voix d’Armand me surprend.

“Tu nous a fait peur !
Où étais-tu passée ?
On t’a cherchée partout !”

"J’étais..." Mais je me tais.
Je ne sais pas où j’étais,
ni si j’y étais.
En fait... J’ai du rêver.

Il me prend sur ses épaules
et nous sortons du champ.
Il n’est plus vraiment si grand.

Nous montons sur nos vélos
Armand devant, moi au milieu,
Yaya derrière pour surveiller.

Mon sourire revient.
Nous roulons longtemps !
Des, chemins, des champs,
des bords de rivière,
des routes et des routes !
Des feux verts, des tournants,
des montées, des descentes !

Je freine d’une main
car je tiens, dans l’autre,
un bouquet de pâquerettes
et de boutons d’or.

Mais je freine si mal
sur ce gravier tout rond !
Mon vélo dérape,
je tends la main,
je me rattrape
avec le coude et le genou,

je saigne !
et ça fait mal !

“Vite !” dit Yaya,
“On doit l’amener voir maman !”

“On ne peut pas !” dit Armand,
“Elle nous a dit de rester dehors jusqu’à ce soir !
… Elle veut cirer le lino !”


Lydia
Admin
Admin

Féminin Messages : 1732
Date d'inscription : 08/10/2011

http://lydelune.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Le voleur de rêves (17)

Message par Lydia le Sam 18 Fév 2012 - 21:12


- Dans quel état vous êtes-vous mise ! Dans quel état ?
Ne savez-vous pas que personne, m’entendez vous ?
Personne n’échappe à la loi dans cet état ?

Montrez-moi votre carte grise voulez-vous ?

- Ma carte grise ?
Mais, voyons, monsieur l’agent,
je ne roulais pas : Je courrais !

- Exact !
Et vous devez savoir qu’un délit de fuite,
même à pied,
vous retire des points de bonne conduite !
Avez-vous un plombier ?

- Un plombier ?

- Un plombier attitré...
Sans quoi il faudrait
vous en commettre un d’office...
C’est tout bénéfice !

- Bénéfice pour qui?

- Certainement pas pour vous,
Votre cas est désespéré !
Montrez-moi vos mains.

- Clic !
- Crunch !
- Bravo Myon, tu t'améliores !


Lydia
Admin
Admin

Féminin Messages : 1732
Date d'inscription : 08/10/2011

http://lydelune.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Le voleur de rêves (18)

Message par Lydia le Dim 19 Fév 2012 - 9:45


Les petits déjeuners
de chez tante Louise
me semblaient si lointains !

Nous reprenions le chemin.
la neige crissait sous nos pieds
“Crouik, crouik, crouik...”
J’étais dépitée,
le moral à zéro.

Un animal bizarre
marchait devant.
Il semblait savoir
où nous allions.

Ce n’était pas l’Ipéhem
mais quelque chose de tout aussi effrayant.
Sans doute un autre procès verbal
adapté à la situation ?

Il se retournait souvent
pour voir si nous suivions
et grognait “GraeuArrr !”
lorsque nous ralentissions.

L’inspecteur du bonheur fermait la marche
en envoyant des SMS.

Les vers menottes me serraient fort
et faisaient une tête
jusque par terre.

- Ne m’en veuillez pas !
Je devais m’enfuir !

- Et puis quoi encore ?
A cause de vous
On va finir au cachot,
au pain sec et à l’eau !
On devrait vous excuser ?
- Je l’avais dit que ça finirait mal !
- Non pas le n’exclu dé !

- Allez, quoi, soyez sympas !
Une petite chanson
pour remonter le moral ?

- Mademoiselle, vous nous prenez
pour des trou-vers, c’est insultant !
Ne croyez pas nous re-semer
avec le coup de la chanson !

- Inspecteur ? Nous arrivons bientôt ?

- Oui, nous sommes à deux pas.
Mais, à votre place,
je ne serais pas si pressée !

- Que va-t’il m'arriver ?

“Préparez-vous au pire !
A la citadelle de Mal-En-Rêve
votre avenir expire...”

A deux pas de là
la citadelle apparut.


Lydia
Admin
Admin

Féminin Messages : 1732
Date d'inscription : 08/10/2011

http://lydelune.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le voleur de rêves

Message par euka le Mar 21 Fév 2012 - 19:30

Ca me fait toujours autant délirer ces histoires. J'adore.
plusun

euka
Concepteur d'astres
Concepteur d'astres

Masculin Messages : 1226
Date d'inscription : 27/09/2011

Revenir en haut Aller en bas

Le voleur de rêves (19)

Message par Lydia le Ven 24 Fév 2012 - 18:33


Merci Euka ^^ C'est un plaisir d'écrire pour des lecteurs aussi passionnés !





Elle était sombre.
Ses murs gris noirs
sentaient la craie d’ardoise.
Le grand portail bavait aux vents,
lentement, et grinçait
comme des dents sur un tableau.

Mes pieds s’enfonçaient
dans un sol polystyrène
dont les blocs se détachaient
et frifrottaient frrrr, frrrr...

Le chemin du parc de la citadelle
était bordé d’arbres décharnés
au bois noir
et aux feuilles de coton.

Une touffe faufila
dans zun ongle fendu
et z'éffila
tandis que je zirais dessus.

C’était horrible !

Nous arrivâmes sur les marches
d'un escalier sournois,
un coup à l'endroit,
un coup à l'envers...

"attendez !" Me dit l'inspecteur,
"Vous ne pouvez pas emprunter
cet escalier toute seule !"

- Vous n’allez pas me dire
qu'il est à taux variables ?

- Mais non ! Pas du tout !
Vous êtes folle ?
Ne voyez-vous pas que
vous allez vous retrouver
à l'endroit d'un côté
et à l'envers de l'autre ?

- Et à deux ça va mieux ?

- Bien sur ! Regardez :
Vous me prenez la main
Et nous montons,
Vous à l'endroit,
Moi à l'envers.

À moins que vous ne préfériez l'envers ?

“Non non, l'endroit me va très bien.”

Moi dessus, lui dessous,
nous gravîmes l'escalier.

- et le... euh... procès verbal,
comment va-t'il faire ?

- Le déhèfka ?
il reste dehors...
Les animaux ne sont pas admis à l'intérieur de l'enceinte.
Elle est devenue beaucoup moins tolérante.

- Qui ça ?

- L'enceinte.

- et pour les vers ?

"Oh, pour eux pas de problème !
Ils sont assimilés menottes.
Dans la citadelle ils se taisent
et brillent comme des objets stupides."

Tige se renfrogna et mit ses mains dans ses poches.
Anda ouvrit une grande bouche.
On sentait qu'il allait dire quelque chose

mais l'inspecteur le pinça
entre le pouce et l'index.
Il lui fit des yeux tout ronds
et répéta, d'une voix grave et autoritaire :

"Ils se taisent !"



Dernière édition par Dial.e le Sam 25 Fév 2012 - 12:22, édité 1 fois

Lydia
Admin
Admin

Féminin Messages : 1732
Date d'inscription : 08/10/2011

http://lydelune.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le voleur de rêves

Message par euka le Sam 25 Fév 2012 - 8:29

emoticverysmile

euka
Concepteur d'astres
Concepteur d'astres

Masculin Messages : 1226
Date d'inscription : 27/09/2011

Revenir en haut Aller en bas

Le voleur de rêves (20)

Message par Lydia le Dim 26 Fév 2012 - 10:26


Nous étions à peine entrés
que la porte se ferma,
quel ne fut pas mon émoi !

Je fut prise d’un malaise,
un gros malaise bien balaise,
tout blanc et gigantesque :

Devant moi, et tout autour,
il n’y avait que du blanc !
Du blanc ! Du blanc à perte de vue !
et rien d’autre ! pas un objet !
ni par terre ni en l’air !
ni à gauche ni à droite !

“Le néant !” criai-je.

“Allons donc”, dit l’agent,
“Le néant n’est pas blanc !
C’est simplement très grand !”

- Mais... grand à ce point là ?

- Non, pas tout à fait grand à ce point.
Un peu de peinture blanche,
ça vous agrandit une pièce pour pas cher !

- Ah oui !? Mais tout de même !

“ Remarquez, cela vient aussi
du fait que nous sommes seuls
et qu’il n’y a pas de meuble !
Mais cette impression ne durera pas, croyez-moi !
Dès que nous rencontrerons du monde
tout vous paraîtra beaucoup plus petit !”

Les vers menottes étaient pétrifiés,
les yeux écarquillés,
la bouche ouverte mais crispée,
ils regardaient, le regard figé,
dans toutes les directions.

- Mais... Pourquoi n’y a t’il pas de meuble ?
- Parce que c’est un couloir !
On ne met pas de meuble dans un couloir !

“Un couloir ? Mais c’est des grands malades !”

Dans ma surprise, j’avais élevé la voix.
L’inspecteur fit signe de me taire

- Pas si fort ! Les murs ont des oreilles !
- Le murs ? Mais quels murs ? Il n’y a pas de mur !

- Il y a des murs, je vous assure,
et il est préférable qu’il ne vous entendent pas...
Mettons nous en marche...
Nous avons un long chemin.

- Où allons nous ?
- Au bout du couloir.


Lydia
Admin
Admin

Féminin Messages : 1732
Date d'inscription : 08/10/2011

http://lydelune.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Le voleur de rêves (21)

Message par Lydia le Dim 26 Fév 2012 - 22:06


Nous avancions depuis une heure.
Rien ne bougeait autour de nous.

Pas de bout de couloir,
pas même d’horizon,
derrière nous, l’entrée,
n’existait plus depuis longtemps.

Les vers menottes n’arrivaient pas
à desserrer les dents.
L’inspecteur, inébranlable,
me poussait droit, toujours, devant.

A cet instant, j’entendis des pas
derrière nous, je me retournais.
Je vis qu’un homme en noir nous suivait
(du moins il semblait noir, dans ce blanc)

Je me tournais encore
et vis qu’un homme en noir
nous précédait (un autre)

puis un à gauche
et un à droite
et un encore devant
et encore un derrière.

Bientôt ils furent si nombreux
qu’ils nous touchaient de tous côtés.
De si près, je voyais leurs couleurs
mais aussi, je sentais leurs odeurs.
Ils n’étaient pas que des hommes :
Il y avait aussi des femmes
et des enfants.

Tous allaient dans la même direction.

Je pouvais voir le bout du couloir
mais je voyais aussi le plafond
et les murs se rapprocher.

Plus nous étions nombreux
et plus j’avais l’impression
que le couloir se resserrait.

“Vous aviez raison” dis-je à l’inspecteur
“ils devraient vraiment penser
à élargir ce couloir !”

Il me prit par le bras
et me tira vers lui

“Restez près de moi
et ne ralentissez pas !
Nous devons garder le rythme
si nous voulons passer !”

Les murs et le plafond
nous écrasaient presque.
Derrière nous, la foule compacte,
nous pressait sur la foule devant
comme une grappe de raisin
pour en tirer le jus.

Ce n’étaient plus des murs
mais un monstrueux entonnoir
d’où un filet de sang
allait emplir une bouteille avide.

J’étais le grain de sable
d’un sablier démoniaque
qui s'apprête à passer
de l’autre côté.

Où allais-je tomber ?

La pression était trop forte
tout était devenu noir
je ne respirais plus

dans un dernier souffle

Je crois que j’ai crié.


Lydia
Admin
Admin

Féminin Messages : 1732
Date d'inscription : 08/10/2011

http://lydelune.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Le voleur de rêves (22)

Message par Lydia le Dim 26 Fév 2012 - 22:08


- Maman ! Maman !

“Qu’est-ce qui t’arrive ma petite ?”

Je suis à terre,
les genoux et les coudes abîmés.
La foule fait un cercle autour de moi
pour ne pas me piétiner.

- Ma maman !
J’ai perdu ma maman !

- N’aie pas peur.
Tu viens avec moi ?
Nous allons la chercher ensemble...


Lydia
Admin
Admin

Féminin Messages : 1732
Date d'inscription : 08/10/2011

http://lydelune.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Le voleur de rêves (23)

Message par Lydia le Mar 28 Fév 2012 - 23:07


- Levez vous, allons,
ne restez pas là !

- Que s'est-il passé ?

- Vous vous êtes évanouie.
- Ça à duré longtemps ?

“ Non...
Mais ne faites pas ça,
pas ici ! Vous pourriez
totalement disparaître !"

J'étais désorientée.
Les murs tournaient autour de moi.

"Venez, dépêchez vous !
Nous devons prendre un numéro.”

Il me prit par la main
et me tira vers un gros appareil
qui crachait des confettis.

Il se plaça devant et,
en un instant,
il fut recouvert
de la tête aux pieds
de petits bouts de papier
ronds et de toutes les couleurs.

"à vous !"

Il me tira devant et,
en un instant,
mes vêtements,
mes bras nus,
mes jambes,
ne ressemblaient plus
qu'à un test de vision.

- 1415926535
- Pardon ?

- 1415926535, c'est votre numéro. On le lit en relief au milieu de vos confettis...
et le mien ?

- Le votre quoi ?

- Mon numéro !
Je dois le connaître !
Pouvez-vous me le lire ?

- Euh... je ne vois pas de numéro !?

- Ah non ! C'est bien ma chance !
ne me dites pas que vous n'avez
aucun sens du relief ?

“Je crois bien que non.”

ll me conduisit jusqu'à un banc
et nous nous assîmes.
Il réfléchissait.

Il me regarda longuement,
regarda les vers
et me dit :

“Bien, écoutez,
je vais vous détacher
mais vous devez me promettre
de ne pas tenter
de vous enfuir...

Et où pourriez-vous aller ?
Ici, la seule personne
que vous connaissiez
et qui peut vous aider,
c'est moi.”

“Oui monsieur l'agent,
je vous le promets.”

Il fit signe aux vers menottes
de lâcher prise et il leur dit :

“Allez les vers,
faites le numéro !”

Les vers me détachèrent.
Ils ondulèrent
vers le dossier du banc,
sortirent une paire
de lunettes d’osier blanc
qu’ils chaussèrent.

Ils se mirent alors à s’assembler
dans une danse effrénée
et à former des chiffres de leurs corps

Anda menait la choré.

Des confettis s”étaient collés
par endroit et leur faisaient
des petites jupes colorées
et des touffes de pompom :

“Donnez moi un 6 ! Tada !
Donnez moi un 1 !
Donnez moi un 8 ! Tada !
Donnez moi un 0 !
Donnez moi un 3 ! Tada !
Donnez moi un 3 !
Donnez moi un 9 ! Tada !
Donnez moi un 8 !
Donnez moi un 8 ! Tada !
Donnez moi un 7 ! Youuuuh !”

L’inspecteur notait le nombre
dans son smartphone.

“Ils savent lire ?” m’étonnais-je

“Non, ils imitent les formes.
Mais Anda, lui, oui : Il sait lire.”

“Je suis l’aboutissement
d’une longue lignée
de mangeurs de pommes !”

dit-il fièrement.

Je surpris l’inspecteur à sourire
Mais ce n’était peut-être
que le résultat
de son maquillage de confettis
qui s’étaient accumulés
blanc sur son visage,
rouge sur une large bouche
et en pompon sur le nez.

Je n’avais pas le coeur à ça.

Mes membres endoloris
me rappellent à ma chute...

Quelque chose s’est brisé.



Dernière édition par Dial.e le Dim 4 Mar 2012 - 0:26, édité 1 fois

Lydia
Admin
Admin

Féminin Messages : 1732
Date d'inscription : 08/10/2011

http://lydelune.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le voleur de rêves

Message par yndra le Mar 28 Fév 2012 - 23:20

Hello
Très jolie texte ^^ emoticchapeau , par contre quelque chose me chiffonne. Au début du texte, on ne se doute pas quelle est attaché. D'ailleurs la question ne se pose même pas, puis on apprend d'un cout quelle est attaché.... quelque chose me perturbe la dedans.... mais j'arrive pas a trouver les mots pour l'expliquer. scratch

yndra
Traceur de comètes
Traceur de comètes

Féminin Messages : 554
Date d'inscription : 08/10/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le voleur de rêves

Message par Lydia le Mar 28 Fév 2012 - 23:31


Hello ! Merci !

au début du texte 11, elle est de nouveau attachée :

L’agent de malheur
me clique ses menottes

“Clic !”
“Plouf !”

(les vers menottes lui tiennent les poignets attachés)

Lydia
Admin
Admin

Féminin Messages : 1732
Date d'inscription : 08/10/2011

http://lydelune.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le voleur de rêves

Message par euka le Mer 29 Fév 2012 - 0:12

lol! +

euka
Concepteur d'astres
Concepteur d'astres

Masculin Messages : 1226
Date d'inscription : 27/09/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le voleur de rêves

Message par Cadet Philhamel le Mer 29 Fév 2012 - 20:24

"des lunettes d osiers blancs"

fallait osier!!!

Cadet Philhamel
Pisteur de satellites
Pisteur de satellites

Masculin Messages : 315
Date d'inscription : 17/10/2011

Revenir en haut Aller en bas

Le voleur de rêves (24)

Message par Lydia le Sam 3 Mar 2012 - 10:39


Cadet Philhamel a écrit:"des lunettes d osiers blancs"

fallait osier!!!
... J'ai pas peur !^^



Nous restons vissés à nos bancs.
La foule multicolore :
Ces hommes, ces femmes,
dans un air de fête qui tranche
avec la gravité des lieux,
imitent les touristes
insouciants et joyeux.

Tous déguisés en clowns,
ils défilent, immobiles,
sur des chars rectangulaires,
les pieds scellés dans la pierre.

Aucun ne semble
songer au trouble qui les ronge.

Dans une dernière représentation
de calme et de dignité,
ils organisent leur attente,
comme si de rien était.

Le hall n’est pas très grand
mais nous y tenons tous;
les bancs, quand il le faut,
s’empilent sur deux niveaux,

parfois trois, souvent six...

Il est à la jonction
de cinq immenses couloirs
à perte de vue
par lesquels les marées humaines
s’en vont et s’en viennent
entre flux et reflux.

Il est l’oeil du cyclone,
le coeur de la tempête...
Là où règne le calme.

J’observe
les nouveaux arrivants
comme vêtus de noir
déversés
par la bouche béante
de mon propre couloir,
éjectés
des égouts, le coeur haut,
les renvois mazoutés
des lendemains de fête,
se tenir les côtes
et marcher vers les couleurs
du distributeur de nombres.

Je vois
Les anciens,
ceux qui sont là
depuis si longtemps
que leurs couleurs se sont fanées,
chanceler,
défaillir à l’appel
de leur propre numéro,
et, n’y croyant plus, pleurer
comme un mourant
oublié de sa famille
qui, à l’aube de s’éteindre,
voit arriver son petit fils
tenu par la main de sa mère,
se lever
et s’en aller
vers un couloir de lumière.

Certains anciens
ne répondent pas à l’appel.

Peut-être ont-ils disparu
à force de s’évanouir ?

Certains répondent
mais trop tard.

A force d’attendre
ils ont fini par oublier
pourquoi ils attendaient.

Ils se lèvent alors et courent
sur leurs jambes devenues faibles
vers le grand couloir blanc
mais c’est le tour d’un autre.

Ils crient, ils pleurent, ils deviennent fous,
ils font un scandale, ils menacent,
ils invectivent tant et si bien
que des hommes vêtus de blanc
les attrapent par les membres
et les emmènent de force
vers un grand couloir rouge sombre.

On les entend encore crier
longtemps, tant le couloir est long.

Une grande pendule marque l’heure.
Elle avance.
Elle recule.
Parfois elle va vite
et parfois lentement.
Parfois dans un sens
et parfois dans un autre.

Je demande :
- Elle ne marche pas cette horloge ?

- Elle marche très bien !
Le temps, dans les rêves
n’est pas monotone et constant !

Je me sentais mal.

“Qu’avez-vous ?”
Me demanda l’inspecteur.

La foule immense
s’immobilisa et se tut.
Tout le monde me regardait.

Je criais :
“NON ! ça n’est pas mon rêve !
Quelqu’un se moque de moi !
On a volé mes rêves
et les a remplacés par celui-ci !”

Les vers menottes,
couverts de confettis,
me lancèrent un regard angoissé
et claquèrent des dents.

L’inspecteur, inquiet,
me saisit par les épaules
et me secoua :
“Taisez-vous ! Mais taisez vous !
Ne criez pas !”


Lydia
Admin
Admin

Féminin Messages : 1732
Date d'inscription : 08/10/2011

http://lydelune.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le voleur de rêves

Message par euka le Sam 3 Mar 2012 - 21:22

affraid

euka
Concepteur d'astres
Concepteur d'astres

Masculin Messages : 1226
Date d'inscription : 27/09/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le voleur de rêves

Message par Igricheff le Sam 3 Mar 2012 - 21:34

Une folie incandescente,
Un nuage flamboyant qui la dissimulait.
Aux yeux de tous,
Aux miens..
Et cette plongée tournoyante vers l'infini.

Continue de nous régaler Very Happy

Igricheff
Pisteur de satellites
Pisteur de satellites

Masculin Messages : 105
Date d'inscription : 23/11/2011

http://www.shotzebut.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le voleur de rêves

Message par Trefle le Lun 5 Mar 2012 - 14:43

J'avais beaucoup de posts en retard ! J'ai rattrapé mon retard de lecture

J'aime beaucoup ce délire, le style est toujours aussi agréable à lire.

La partie du "couloir" blanc (sorte de néant), me fait un peu penser à la gestation d'un embryon (le couloir blanc rétrécissant pouvant représenter l'utérus) puis à la naissance du bébé (le couloir qui rétrécie pourrait figurer le fétus grandissant et qui a de moins en moins de place)

_________________
Comment participer au forum ? d'abord signez le règlement, puis présentez-vous. Attendez ensuite qu'un administrateur vous ouvre le sas des épreuves. Le chemin à suivre vous sera alors indiqué à la suite de votre présentation, ouvrez l’œil.
Si vraiment vous êtes perdus et ne savez pas quoi faire, envoyez moi un mp

Trefle
Créateur de constellations
Créateur de constellations

Féminin Messages : 2889
Date d'inscription : 27/09/2011

http://luckytrefle.deviantart.com/ http://sylviesbd.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Le voleur de rêves (25)

Message par Lydia le Dim 11 Mar 2012 - 10:31


Merci pour ces commentaires !

Igricheff : Ami des vers, je te tends mes menottes ;

Trefle : Un même rêve aura des raisons et des significations différentes selon le rêveur. On parle d'une couleur qui envahit tout : et c'est l'inconscient profond de chacun qui lui dicte son ressenti... et ses images.
On parle de flux... et on s'imagine des éléments impurs venant se purifier, des éléments agressifs emportés par des corps blancs vers de grands canaux rouges sombres... On s'imagine la naissance, la vie, la mort, la lutte pour la survie, ou l'abandon... On peut aussi s'imaginer écrasé par un système qui nous enferme, nous déshumanise, nous vole notre âme d'enfant, nous attribue des numéros et nous place dans une salle d'attente... (d'attente de quoi ?)... C'est peut-être un passé refoulé qui vous suggère des images, des sensations et, tout à coup, vous vous souvenez...
Mais bien sur, rien de tout ça n'est dans ce texte ! Ce n'est que le lecteur à l'imagination débordante qui va s'inventer toutes ces visions ! (en cela, l'écriture permet ce qu'aucun graphisme ne permettra jamais... Quoi que... J'ai vu des Dali qui m'ont fait entrer dans la toile)



L'homme prend ma main.
Il me tire.

Les gens autour nous touchent.
Il est devant.

Il avance.

Je tire sur ma main
pour qu'il me lâche.

il me serre plus fort.
Il marche plus vite.
Je cours pour le suivre.

Avec son autre main
Il chasse les gens.

"Poussez-vous !
Laissez nous passer !"

Il s'arrête à un endroit
où il y a moins de monde,
avec des tables rondes
et des chaises.

“Arrête de tirer !
Si je te lâche
tu vas encore te perdre
là dedans...”

Il fait un geste de la tête,
ses yeux montrent les gens.

- Tu ne veux pas te perdre encore ?
- Non monsieur !
- Tu veux retrouver ta maman ?

“ Oui monsieur !”

Je suis terrorisée.
Je ne veux pas suivre cet inconnu
mais je ne n’ai pas d’autre choix.

“Alors sois sage
et cesse de gigoter...
Viens là...”

Il me soulève
et me porte sur un bras.
Je m’accroche à son cou.

- Regarde bien...
Est-ce que tu la vois ?

- Non...
Je vois juste des têtes tout devant !

- Attends...
Je vais te mettre sur mon épaule
Accroche toi bien pour ne pas tomber !

- Je vois mieux ! Je vois mieux !

- Tu vois ta maman ?

- Non !

- Tu te souviens de l’endroit où tu te trouvais
là dernière fois que tu l’as vue ?

- Je ne sais pas !

- Essaie de te souvenir !
Est-ce que tu vois cet endroit ?

- Oui !!! C’est là bas ! C’est là bas !

Lydia
Admin
Admin

Féminin Messages : 1732
Date d'inscription : 08/10/2011

http://lydelune.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le voleur de rêves

Message par euka le Dim 11 Mar 2012 - 12:45

emoticchapeau

euka
Concepteur d'astres
Concepteur d'astres

Masculin Messages : 1226
Date d'inscription : 27/09/2011

Revenir en haut Aller en bas

Le voleur de rêves (26)

Message par Lydia le Sam 17 Mar 2012 - 9:46


La voix me dit :
“Saute !
Le plus haut que tu peux !“

Je ne comprends pas
mais je saute.

Mes pieds ne touchent plus terre
Le sol disparaît.

Plus rien n’existe
...ne se voit... ne s’entend...

Le silence même
est devenu absent.

Pas d’odeur,
pas de goût ni de sens.

Je songe à regarder mes mains
mais ce songe est sans vie.
Je n’ai plus de main.
Je n’ai plus de corps.

Je ne regarde plus qu’à l’intérieur
de ce qui fut, parfois,
l’espace de mes rêves.

Les dernières lumières s’éteignent.

Mes pensées
ne sont plus mots,
la volonté me quitte...


Lydia
Admin
Admin

Féminin Messages : 1732
Date d'inscription : 08/10/2011

http://lydelune.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le voleur de rêves

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum