La création des personnages erreurs classiques et exemple de méthodes

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Tuto La création des personnages erreurs classiques et exemple de méthodes

Message par brisemenu le Ven 11 Jan 2013 - 21:31

Alors voilou: comme je le dis dans ma présentation, plutôt que dessinateur je suis surtout un scénariste qui apprend (laborieusement) à dessiner. Du coup, pour apporter ma p'tite pierre à l'édifice, je pensais rédiger un tuto créations de scénars. Or, qu'é que j'vois pas là? Il y a déja un tuto très bien fichu qui explique les généralités. Du coup, je me suis dit que j'allais plutôt essayer de faire un p'tit approfondissement aspects par aspects en commençant par la création des personnages, en parlant des différentes méthodes que j'ai essayé et des pièges à éviter. Les trucs qui m'auraient fait gagner du temps si je les avaient su avant.

Déja les pièges à éviter:

La Mary Sue.
S'il ne fallait retenir qu'une erreur, ce serait celle là.
Je suis tombé de haut la première fois qu'un dessinateur, justement, m'a sorti à propos d'une héroïne que je lui proposais "t'es pas en train de nous faire une Mary Sue là?"
Mais qu'est ce donc une Mary Sue? Ben c'est un personnage archi super extra méga idéalisé qui, comme de par hasard, ressemble bizarrement à une version idéalisée de son auteur. C'est le perso fantasmé que l'auteur voudrait être/rencontrer/épouser/coucher avec/avoir pour meilleur pote, biffez la ou les mentions inutiles. C'est le mélange parfois hasardeux entre des caractéristiques qui sont les vôtres, et un ramassis de trucs pas forcément cohérents et souvent clichés mais "claaaaaassses" sensés rendre le personnage supérieur. C'est souvent un personnage puant et égocentrique, qui n'a aucune originalité et qui vampirise complètement tout le reste de l'histoire.
Vous pouvez lire la page Mary Sue sur wikipédia et sur la désencyclopédie ou essayer ce test très complet mais malheureusement en anglais http://www.springhole.net/writing/marysue.htm

Le porte manteau
C'est un pur délire esthétique. Un personnage sans épaisseur et juste "habillé", d'où son nom, par des "trucs cools", peu importe que ce soit cohérent ou pas. Il peut ou non être une Mary Sue, c'est plus exactement les Mary Sue qui sont souvent des porte manteaux. Les plus beaux exemples sont les super héros médiocres. Vous savez, ces gugusses sans reliefs, sans histoires, d'une personnalité complètement cliché et interchangeables et qu'on ne reconnait les uns des autres qu'à leurs costumes et leurs pouvoirs? C'est eux.
Vous savez que votre personnage est porte manteau si vous n'arrivez à le voir que de l'extérieur, si vous pouvez pas rentrer dans sa tête pour visualiser comment il pense, comment il voit les choses et surtout, ce qu'il ressent. Bien sûr il peut arriver que les héros rencontrent des personnages qu'on n'arrive pas à voir de l'intérieur parce qu'ils nous dépassent: des dieux, des démons, des super-ordinateurs ultra intelligents, des dragons millénaires, des aliens au cerveau complètement différent du nôtre. Mais par pitié, pas les héros!!!Comment on peut se rapprocher d'eux sinon?

Le personnage de service.
C'est un vice qui touche surtout les persos secondaires, mais on trouve aussi des héros de service. Le perso de service, c'est le roi qui fait des trucs de rois, et qui est forcément un bon père de famille barbu, costaud et un peu rebondi. C'est la princesse qui fait des truc de princesse et qui est forcément jolie, douce et féminine. C'est le méchant qui fait des trucs de méchants, la taverne ou on entend toujours des bruits de rires gras en entrant. (je sais pas si vous avez remarqué mais dans les séries B genre Xéna, c'est toujours la même bande enregistrée "rire de taverne" qu'on entend à l'entrée, alors que des fois, dès la scène suivante, on voit qu'il y a juste trois tondus qui dépriment à l'intérieur.)
Le sans service
C'est l'extrème inverse du personnage de service. On n'en parle pas beaucoup mais si je le fait, c'est parce que c'est encore MON gros défaut. Le plus cruel, c'est que c'est souvent un personnage très bien fait: une histoire très fouillée, très cohérente et illustrative de son monde, un look, une diction et une gestuelle agréable, des phrases sympas... Il vous a donné beaucoup de boulot qui n'était même pas vraiment du boulot tellement vous avez aimé le construire. Seulement voilà: il a aucun rôle à jouer dans l'histoire. C'est ni un héros, ni un mentor, ni un ennemi, ni une victime à secourir ou que sais je d'autre. Au contraire du perso de service, celui là a sa place dans le monde, mais pas dans le scénar.

Pour éviter les deux derniers éceuils faut se rappeler ces petites règles simples:
Ne créez que les personnages dont vous avez besoin. Si vous créez un personnage avant sa fonction narrative, il risque de ne pas en avoir.
Imaginez au moins un tout petit peu la vie de chaque perso: au moins comment il gagne sa croûte au quotidien et comment il est arrivé là où il est. Ca peut tenir sur deux lignes pour un perso de peu d'importance, mais ces deux lignes vous sauvent de la banalité.
Comme les mots en grammaire, les personnages ont une nature (dans leur monde) et une fonction (dans l'histoire). Ils sont à la fois des personnages dans votre histoire et des êtres vivants dans votre monde imaginaire et votre boulot, c'est de faire le joint entre les deux. Si vous oubliez l'aspect êtres vivants, votre histoire sera une suite de clichés sans intérêts. Si vous oubliez l'aspect personnage, il n'y aura pas d'histoires du tout.

Quelques méthodes

Pour le(s) héros:
La méthode yin/yang
Ma préférée. Je l'applique souvent pour des histoires à un seul héros, mais ça marche aussi très bien sur des groupes. Il s'agit d'avoir un équilibre entre les caractéristiques yin (en gros, féminines) et yang (en gros masculines) dans le héros ou le groupe de héros. Si vous faites une histoire pleine d'action et de testostérone, évidemment que ça penchera sur le plutôt yang. Au contraire, si vous faites du shojo, vous irez plutôt dans le yin, mais il faut toujours un peu de l'opposé, en tout cas pour les héros. Même Conan n'est pas un personnage complètement yang. Déja visuellement (glabre aux cheveux longs) et il peut être assez sentimental.
Pour prendre une référence que tout le monde ou presque connait: Dans les chevaliers du Zodiaque, on a un perso très yang (Ikki) assez yang (Seyar) équilibré (Shiryu) assez yin (Hyoga) et très yin (Shun).
Je m'amuse toujours à donner des caractéristiques féminines à mes héros et masculines à mes héroïnes, pour donner de l'équilibre au perso et de la variété aux situations. Par exemple, Cyrolin est un pseudo-troubadour aventureux, téméraire, bagarreur et chaud lapin (yang), il est moyen comme musicien mais c'est surtout une grosse bête de scène plein de charisme et d'humour, souvent bien gras, à coté de ça il est aussi très sensible,doux, contemplatif et réceptif à la beauté du monde (yin)

La méthode jeu de rôles ou méthode par capacités
C'est surtout pas mal pour les groupes de héros, mais c'est aussi utile comme mesure anti mary sue.
Quand vous créez un personnage de jeu de rôle, vous avez un certain nombre de points à répartir entre la force, l'intelligence, l'agilité etc, ce qui fait que vous ne pouvez pas avoir un personnage super balèze en tout, qui fait le café dans toute les situations pendant que les autres joueurs disent "ben, et moi alors?"
On n'a pas besoin d'un système de simulation aussi poussé que dans les jeux de rôle, mais on peut lister quelques grandes lignes: Personnage plutôt physique? Intellectuel? Social? Le physique est il plutôt doué pour la baston? pour l'infiltration? Pour les jeux d'adresse? L'intello pour les sciences? la magie? le bricolage? Le social pour la séduction? L'humour? La persuasion?
La communauté de l'anneau montre un bel exemple de diversité dans les rôles physiques. Dans Lanfeust, on a du physique (Lanfeust, Hébus) du social (Cyan, Cixy) et du mental (Nicodème). Le chevalier Or-azur, c'est du physique-social.

La méthode par animaux
C'est un dérivé de la méthode par capacités, et ça vous donne déja une base de caractère.
J'avais créé une histoire qui devait se passer dans un centre épide, un centre de réinsertion pour délinquants encadré par des militaires. Les héroïnes était quatre jeunes ensorceleuses.
J'ai pensé à une Lionne. J'ai fait une fille très physique au caractère de feu, mordue de boxe thaï et qui serait là pour des problèmes de violence. Qui dit Lionne dit esprit de famille, alors je l'ai faite à la recherche d'une chaleur et d'une sécurité affective qu'elle n'avait pas eu dans sa famille. Son domaine de magie, c'était le chamanisme avec, sans surprise, un esprit de Lionne qui s'était lié à elle et lui prêtait sa force pour protéger sa meute.
Ensuite, j'ai pensé à une vipère comme copine et contrebalancement de la lionne. (chaud/froid, fort/souple, sentimentale/calculatrice). Elle, c'était une fille assez solitaire et narcissique qui adorait plaire (le regard hypnotique). Sa spécialité, c'était les envoutements notamment avec des potions (le venin du serpent). Sainement égoïste, pas agressive mais capable de pire quand on la provoque.
Ensuite, l'araignée. Forcément une tisseuse et une tendeuse de pièges. Elle était douée en couture et spécialiste des malédictions: elle offrait des babioles maudites qu'elle avait tissé elle même. Son grand plaisir, c'était pas de faire souffrir mais de faire ressortir les mauvais cotés des gens. Elle même se sentait (se croyait) mauvaise, et elle avait besoin de se prouver que les autres étaient aussi pourris qu'elle.
Enfin, le papillon ou l'albatros. Le personnage qui va trop loin dans le monde spirituel et qui perd pieds avec le monde physique. Elle sortait d'un hôpital psychiatrique mais n'était pas réellement schyzo: elle s'était juste perdu de l'autre coté et voyait les esprits partout, ce qui donnait l'illusion qu'elle délirait.

La cryptonite et le nez rouge
C'est pas une méthode de créa à part entière, mais encore un anti mary sue que vous pouvez utiliser si vous vous être remarqué une tendance marysuesque. Il s'agit pour chacun de vos héros de chercher systématiquement:
_Un point faible (sa cryptonite). Surtout si le perso est surpuissant
_Une incompétence ou un ridicule (le nez rouge) surtout s'il est très zzzzéroïque.  
Exemple:
_la cryptonite de Conan, c'est la magie. Il craint rien du tout dans le monde physique mais la magie, il y comprend rien et ça lui fait peur.
_Les serpents sont à la fois la cryptonite et le nez rouge d'Indianna Jones. Il a peur de rien, sauf de ça, et il peut se dégonfler devant un serpent là un un perso moins courageux prend les choses en mains.
_La cryptonite de superman, c'est... la cryptonite (Oh vous saviez?) Et son nez rouge, c'est les femmes surtout quand il est en Clark Kent.
_Batman n'as pas de cryptonite, parce qu'il n'est pas surpuissant (enfin si, mais pas dans son monde, comparé aux monstrasses pleines de super pouvoir). Son nez rouge est rarement représenté, et encore plus rarement de manière comique: c'est sa fragilité émotionnelle. Je me rappelle d'un épisode du dessin animé justice league ou Circée oblige Batman à révéler en public son secret le plus jalousement caché. Tout le monde croit qu'elle va lui faire enlever son masque, mais non! Elle lui fait chanter le blues  affraid  Et toute les nénettes, héroïnes et méchantes qui se mettent à pleurer en l'écoutant...
_Cyrolin, mon troubadour dont je vous parlait tout à l'heure n'a pas vraiment de cryptonite parce qu'il n'est pas surpuissant du tout. Par contre, il a plusieurs nez rouges: Il est complètement inconscient du danger et ne doit souvent sa survie qu'à la chance, et il ne sait désespérément pas faire peur. Ca se voit tellement que c'est un gentil que même une gamine de six ans a pas peur de lui

Bref, j'espère que la lecture a été agréable, sinon utile. je continue plus tard sur les autres personnages.


Dernière édition par brisemenu le Dim 13 Jan 2013 - 10:20, édité 1 fois
avatar
brisemenu
Poussière d'étoile
Poussière d'étoile

Masculin Messages : 73
Date d'inscription : 07/01/2013

Revenir en haut Aller en bas

Tuto Re: La création des personnages erreurs classiques et exemple de méthodes

Message par Lydia le Ven 11 Jan 2013 - 21:51

C'est très agréable et intéressant, merci pour cette belle contribution !
lydiadoublecool
À bientôt pour la suite !
avatar
Lydia
Admin
Admin

Féminin Messages : 1732
Date d'inscription : 08/10/2011

http://lydelune.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Tuto Re: La création des personnages erreurs classiques et exemple de méthodes

Message par brisemenu le Ven 11 Jan 2013 - 23:24

Ca fait plaisir!!!! cheers

Oh pi zut, chui inspiré, je dormirais mal si je continuais pas un petit peu. On attaque les persos secondaires maintenant.

Les révélateurs
On les appelle plus souvent les faire valoir mais moi, je préfère dire les révélateurs, parce qu'ils ne révèlent pas seulement les qualités du héros. Ils peuvent aussi révéler sa cryptonite, son nez rouge ou même un aspect détestable du héros, s'il en a un. Pour les créer, c'est tout simple: vous partez du trait que vous voulez mettre en évidence, vous choisissez la situation la plus révélatrice, et vous inventez le(s) perso(s) dont vous avez besoin.

Exemple: j'ai envie de mettre en évidence le nez rouge de Cyrolin: son absence totale d'autorité et de capacité d'intimidation. Je décide qu'une petite fille sensément très intimidable serait la révélatrice idéale.
Au cours de ses voyages, je fait rencontrer à Cyrolin des soudars d'un comté voisin qui ont kidnappé la fille de leur ennemi et la gardent en otage. Cyrolin qui est d'abord social, puis physique et pas du tout intellectuel, ne cherche pas à comprendre le pourquoi du comment. La guerre c'est déja pas cool mais y mêler des enfants, c'est MAL!
N'écoutant que son grand coeur et son inconscience imbécile, il fonce dans un tas de mercenaires bien plus forts et plus entraînés que lui, seulement armé de sa guitare qu'il écrabouillera sur la tête d'un premier garde, et de sa chance légendaire. Il réussit à se frayer un chemin à coups de poings jusqu'à la petite fille et à s'enfuir sur un cheval volé, dans le plus grand chaos.
Sur le chemin qui la ramène chez elle, l'enfant n'en fait qu'à sa tête. Elle s'arrète quand elle a envie et souvent au pire moment, fait des caprices, des chantages, se fait remarquer par les méchants.... Le pauvre Cyrolin a beau la menacer de toute les fessées du monde, rien n'y fait. La gamine est assez fine pour comprendre que c'est juste du bluff, qu'elle a affaire à une grosse nouille, et elle va en profiter à fond pour une fois qu'elle peut avoir un peu de liberté.

En jouant sur les contrastes, vos héros principaux peuvent être les révélateurs les uns des autres.

Exemple: Pendant son chemin de croix avec la gamine, Cyrolin rencontre Léone la trappeuse, une forestière rusée et dure à cuire qui lui conseille d'éviter les relais et lui offre l'hospitalité de son camp dans les bois (elle n'est pas insensible au charme de voyou du troubadour). C'est une héroïque qui complète bien Cyrolin, elle est aussi à l'aise en forêt et en campagne que lui dans les quartiers mal famés. Comme la gosse fait des histoires pour aller au lit, Léone la regarde calmement droit dans les yeux et lui dit "Ca suffit les histoires. Demain, on a une grosse marche alors maintenant, dodo!" Elle n'a pas crié, elle n'a pas menacé, elle n'a pas montré le moindre signe de colère et pourtant, la gamine dit "oui m'dame" et elle va se coucher.

Les seconds
Souvent, on n'a pas un héros unique mais pas non plus tout à fait un groupe de héros d'importances égales. On a un perso qui sort du lot comme LE héros principal, et des seconds.
En général, les seconds sont des personnages auxquels on tient beaucoup, qu'on aime des fois même plus que le héros parce qu'ils sont moins stéréotypés.
D'où le problème: comment faire pour que votre second que vous aimez tant ne soit pas relégué au rang de simple faire valoir? Ben par exemple, en utilisant la cryptonite et le nez rouge du héros! Ou en se débrouillant pour que le héros ait besoin des talents particuliers du second.

Un truc très utilisé dans les mangas est de faire du second la voix de la sagesse, là où le héros est la voix du coeur. Un personnage plus mûr et plus réfléchi que le héros, en étant pas tout à fait un mentor. Ca se comprend parce que les héros de mangas jeune public (shojo, shonen) sont souvent des personnages très émotionnels, garçons impétueux ou filles romantiques, justement pour avoir des scènes pleines d'émotions. Un personnage plus raisonné ne fera pas concurence au héros dans les scènes d'émotions, mais il aura de nombreuses scènes ou il aura raison et le héros, tord.
C'est sur ce modèle que sont créé shiryu dans les chevaliers du zodiaque, Sasuké puis chikamaru dans Naruto, Zorro et Nami dans One piece...
Pour une ref moins connu, dans le cycle d'Elric, Tristelune est un petit bonhomme trappu, optimiste, malin et vigoureux qui fait le complément parfait d'un Elric malade et dépressif.

Le mentor
C'est la voix de l'auteur, et c'est pour ça qu'il est à prendre avec des pincettes parce que tout ce qu'il dira pourra être retenu contre vous par le jury des lecteurs. Il y a les mentors classiques et bien déclarés, qu'on retrouve souvent dans les trucs d'action: Morphéus, monsieur Miyagi, obi wan... Mais d'autres sont moins évident. Il arrive que le méchant soit le mentor du héros naïf et l'entraine sur le chemin de la désillusion. Autre possibilité proche et trop peu exploitée: Le mentor, c'est l'obstacle. La montagle à gravir, la tempête à traverser... Dans les ch'tits hommes libres, un tome des anales du disque monde, le vrai mentor de la petite sorcière Tiphaine Patraque, c'est pas la vieille sorcière qu'elle rencontre au début, c'est le monde.
Avec le mentor, on touche à un sujet plus éthique qu'esthétique. Faut savoir que quand vous commencerez à être habile à écrire, vous aurez un pouvoir de persuasion que vous ne méritez pas forcément. Vous pourrez utiliser l'écriture et la BD pour éclairer vos opinions sous un jour avantageux et persuader un lecteur influençable qu'elles sont justes alors qu'elles sont peut être fausses. Comme je veux pas faire moi même le mentor sur le sujet, je vais pas vous dire "faut faire ci faut pas faire ça." Mais personnellement, j'aime me ddemander "est ce que j'ai raison de dire ça". Et le plus intéressant, c'est quand ça m'amène à "est ce que j'ai raison de penser ça?"
avatar
brisemenu
Poussière d'étoile
Poussière d'étoile

Masculin Messages : 73
Date d'inscription : 07/01/2013

Revenir en haut Aller en bas

Tuto Re: La création des personnages erreurs classiques et exemple de méthodes

Message par Lydia le Sam 12 Jan 2013 - 6:50

Très bon !
Ça se passe de commentaires !
Pourtant je pense revenir un peu plus tard pour en faire quelques-uns, après avoir relu ces deux posts à tête attentive...
avatar
Lydia
Admin
Admin

Féminin Messages : 1732
Date d'inscription : 08/10/2011

http://lydelune.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Tuto Re: La création des personnages erreurs classiques et exemple de méthodes

Message par Lydia le Sam 12 Jan 2013 - 18:46

Bon, si tu veux bien, voici quelques petits commentaires...

La Mary Sue...
…ressemble bizarrement à une version idéalisée de son auteur. C'est le perso fantasmé que l'auteur voudrait être/rencontrer/épouser/coucher avec/avoir pour meilleur pote,

Le porte manteau...
...Il peut ou non être une Mary Sue, c'est plus exactement les Mary Sue qui sont souvent des porte manteaux...
...Vous savez que votre personnage est porte manteau si vous n'arrivez à le voir que de l'extérieur,

Ces explications montrent cependant que la Mary ne peut pas être un porte manteau !
En effet : La mary est éminemment pensée de ‘intérieur (issue du moi de l’auteur)
contrairement au porte manteau dont on ne connaît rien d’autre que son apparence et son comportement visible.

De plus, je pense (en bonne Mary Sue) qu’un auteur peut très bien s’inspirer de lui-même pour créer son personnage sans que cela ne devienne pour autant puant d’orgueil idéalisé super chiant ! (de nombreuses histoires sont inspirées de la réalité et le vécu peut donner de la profondeur)

Je pense également (en bonne porte manteau) qu’on peut imaginer un “héros” dont on ne sait rien de ce qu’il est ou de ce qu’il pense et qu’on découvrirait par ses actions, comportements, attitudes, expressions... Ce serait un style à la manière d’une télé réalité, ou un autre dans lequel le personnage lui-même ne sait rien de lui et se découvre en même temps que le lecteur (et sans doute y a-t’il d’autres styles justifiant l’utilisation d’un porte manteau)

Le personnage de service...

Je trouve qu’il peut tout de même avoir sa place dans une parodie, une farce, caricature, bouffonnerie, une tarte à la crème...

Le sans service...

Tu es dur ! Personne n’est véritablement sans service !
Même pour un tout petit rôle pour une brève apparition, un simple figurant... Il peut être traité au même titre qu’un décor (passif ou actif) mais ne mérite pas d’être jeté !?

Ne créez que les personnages dont vous avez besoin...

Parfaitement... Tout doit partir de l’histoire.

Imaginez au moins un tout petit peu la vie de chaque perso: au moins comment il gagne sa croûte au quotidien et comment il est arrivé là où il est.

… C’est même carrément crucial !... Et ne pas hésiter à en imaginer un peu plus à chacune de ses implications !

gardez à l'esprit la double identité de vos personnages...

… Double ou plus ! Mais ça revient à bien imaginer la vie des perso : Chacun de nous a un comportement (et une identité) différente et adaptée à chaque cercle indépendant de nos fréquentations.

----

La méthode yin/yang...
La méthode jeu de rôles ou méthode par capacités...
La méthode par animaux...
La cryptonite et le nez rouge...
Les révélateurs...
Les seconds...
Le mentor...

… Je m’incline ! :bravo:

(mais pourquoi “Cyrolin” ne m’est-il pas inconnu ?)


... Avec le mentor, on touche à un sujet plus éthique...

Je crois que, pour ce sujet comme pour les autres, il faut rester d’abord fidèle à soi-même, Mary Sue, et à ses convictions, pour créer une oeuvre qui nous plaise sans chercher l’auto censure du politiquement correct... Sans quoi comment pourrait-elle plaire à d’autres ?...

“Toutes les pierres ne sont pas faites pour toutes les mains”

---


Encore merci pour ce sujet remarquable !!!

avatar
Lydia
Admin
Admin

Féminin Messages : 1732
Date d'inscription : 08/10/2011

http://lydelune.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Tuto Re: La création des personnages erreurs classiques et exemple de méthodes

Message par brisemenu le Dim 13 Jan 2013 - 10:16

Je crois que je te dois déja un grand merci pour ta lecture attentive et des réflexions. emoticbise (au passage, les smiley artspace sont vraiment super)

Mais je crois qu'il y a eu quelques malentendus. Je connais pas tellement tes créas mais pour ce que j'en sais, la question qui me vient tout de suite c'est "D'où la petite Lydia et super massacreuse sont des Mary Sue????" Super massacreuse, c'est une tite minouche mignonne et rigolote, surtout parce qu'elle est pas du tout crédible en dure à cuire. Même ses colères ont quelque chose de très enfantin. C'est un perso qui a plus que sa part de nez rouge, qui a ses faiblesses, ses sentiments, ses imperfections... en un mot, elle est HUMAINE. On parle plutôt de self insert quand un auteur s'insère "hnnêtement" dans son histoire, avec ses qualités et ses défauts, et il n'y a pas de mal à ça.

Essayons maintenant de transformer super massacreuse en Mary Sue:
_D'abord, super massacreuse aura eu une enfance terrriiiiiible dont elle sortira plus forte et pas du tout traumatisée. (Il faut qu'on la plaigne et qu'on l'admire dès le début). De ses souffrances enfantines, elle retirera la certitude que le monde a besoin d'une massacreuse. C'est toujours mieux si ça ressemble un peu à l'enfance de l'auteur.
_Son vrai nom rappellera celui de l'auteur, en plus classe. Ou bien ce sera un nom dont l'auteur trouve qu'il sonne super bien, et qu'il aimerait bien avoir.
_On garde les cheveux noirs, la coupe et les lunettes, pour l'identification de l'auteur à son perso. On se débrouille quand même pour qu'elle ait des lunettes classes qui ne la rende pas moins sexy.
_Pas question qu'elle reste petite et plate. Toute bonne Mary Sue féminine, quand bien même elle aurait douze ans, est une bombe anatomique avec une taille de mannequin, des obus de la Wehrmacht, des jambes interminables et une tenue super hyper mégaclasse, du moins selon le point de vue parfois très discutable de l'auteur. Comme quoi la Mary Sue a aussi des ridicules, oui! Mais des ridicules que l'auteur ne voit pas comme tels.
Si tu veux garder le personnage petite fille, peut être une bonne vieille goth loli en robe victorienne. A la place de la maturité physique, elle aura une précocité intellectuelle prodigieuse, elle aura lu des tas de livres compliqués et écouté des tas de compositeurs classiques que l'auteur ne connait pas, mais dont il pense que c'est ce que les gens instruits et stylés lisent et écoutent. Les commentaires que fera la Mary Sue sur ses auteurs et compositeurs préférés seront très rigolos mais, encore une fois, c'estpas fait exprès. emoticyeux
Pour le physique d'un super massacreur, il y a un peu plus de variété. La vieille école, c'est le super athlète mais aujourd'hui, avec les trucs de vampire et les bishonen japonais, la mode est plutôt à l'efféminé ténébreux.

_Hors de question que Super Massacreuse massacre sur un coup de colère. Rappellons le, elle est parfaite! Elle massacrera seulement les gens qui méritent d'être massacrés (du point de vue de l'auteur.) et comme par hasard, elle en rencontrera à tous les coins de rue. (Cf Ken le survivant, sacrée Mary Sue celui là). Tout le monde, en tout cas les gens "bien" de l'histoire, trouveront ça normal et juste. A l'occasion, un gentil encore jeune et naïf pourrait s'indigner en disant que c'est mal de massacrer les gens quelle que soit la raison, mais il finira par comprendre son erreur et se ranger à l'opinion de Mary Sue. Mary Sue est parfois un outil de propagande. C'est un porte parole pour faire passer les opinions parfois très discutables de l'auteur. C'est très bien caricaturé dans Superdupont.
_Outre ses opinions, super massacreuse prendra un peu tout le monde de haut. Normal, c'est la meilleure en tout. Elle est parfois mesquine, méchante, gratuitement sadique (J'en reviens à Ken le survivant) mais du point de vue de l'auteur et des compagnons du héros, ce qu'elle fait est juste. La mary Sue n'a pas seulement des ridicules, elle a aussi souvent des aspects vraiment détestables, mais que l'auteur ne voit pas comme tel car, vous l'avez deviné, ce sont SES aspects détestables à lui.



Je reviens aussi un peu sur le sans service, parce que c'est mon plus gros défaut. C'est vrai que même un simple figurant n'est pas sans service. Le problême, c'est que je m'attache beaucoup à certains personnages et qu'il m'arrive de bosser des heures et des heures sur un perso que, finalement, je ferais même pas entrer dans l'histoire, ou alors comme simple figurant. C'est du temps qui pourrait être mieux utilisé si je pensais à la fonction du perso avant sa nature. Tiens, c'est pas pas mal de parler de nature et de fonction pour le perso, je vais même à jour l'endroit où je parle de double identité avec ces mots là, ce sera plus clair.
En fait, mon défaut c'est que je pense trop à la nature du perso pour le rendre aussi crédible et intéressant que possible, mais j'en oublie sa fonction.

Pourquoi Cyrolin t'es pas inconnu? Ben euh... t'as joué à Gor sur second life? Ou alors fréquenté le manoir du fantastique? Ou bien t'es de besançon ou des environs?
Si dans les trois cas c'est non ben... Cyrolin est pas un personnage si original que ça.C'est un peu l'archétype du voyou au grand coeur.
avatar
brisemenu
Poussière d'étoile
Poussière d'étoile

Masculin Messages : 73
Date d'inscription : 07/01/2013

Revenir en haut Aller en bas

Tuto Re: La création des personnages erreurs classiques et exemple de méthodes

Message par Flicky le Dim 13 Jan 2013 - 13:24

Bonjour Brisemenu,

Tout d'abord, chapeau bas pour ce post complet et des plus intéressants !
:bravo:

En humble scribouilleuse en herbe, je me permets de faire quelques remarques sur ce topic.
^^"

Cette étape de la création, selon moi, s'apparente beaucoup à une grande réception
(l'une de celle où y'a plein de champagne et de ptits fours, mais vous n'êtes pas obligé de rester à vous baffrer devant le buffet ! emoticlol )
On est seul, au milieu de cette foule impressionnante.
Tant de visages, tant de caractères divers et variés,...
Au gré de votre curiosité, de vos propres affinités, vous pouvez vous approcher de certains,
pour démarrer la conversation. Alors, en fonction de l'accueil que vous réserver ce nouvel interlocuteur,
vous pouvez vous attarder ou continuer votre chemin.
Au gré de vos autres rencontres, et celles que feront ou qu'ont fait, les personnes que vous avez rencontrées,
vous constituez un groupe cohérent, mais, en même assez riche et complexe, du fait de la singularité de chacun.

A mon sens, un personnage peut avoir plusieurs "casquettes" en fonction du point de vue
selon lequel il est décrit. Si vous utilisez une narration à la 3eme personne (omnisciente et "objective")
le discours doit demeurer assez équilibré. En revanche, si la narration se fait selon le regard d'un personnage,
la description d'un autre intervenant peut être très différente : du Mary Sue
(si le narrateur l'admire et lui attribue toutes les qualités et transpose même ses fantasmes en cet être.)
au "porte-manteau" voire "sans service" (si le narrateur, narcissique ou trop préoccupé, ne remarque pas les qualités de cet intervenant.)

Compte tenu de cela, il est aussi possible qu'un personnage change de "casquette", au gré de l'histoire,
en fonction de son évolution, de la façon dont il se retrouve perçu par son entourage ou par un narrateur subjectif.
Bien sûr le mentor peut difficilement être relayé brusquement en porte-manteau,
mais le cas d'un perso adulé, ou, à l'opposé, le perso complètement effacé peut être renversé au cours d'une histoire.

Dans cette logique-là, le révélateur n'est pas forcément un personnage secondaire, à mon sens.
Ou alors, il n'est pas cantonné à ce seul rôle.
Le héros, par son comportement, peut révéler de lui-même ses propres faiblesses ou qualités,
et, en même temps, mettre en lumière celles d'un autre personnage.

*Les méthodes de création proposées sont intéressantes. Smile
Pour ma part, je pars de la "réception",
puis j'attends que le perso soit suffisamment en "confiance"
et à l'aise dans le cadre de l'histoire pour qu'il me révèle son passé, etc.
Avec cela, j'affine le caractère, et ainsi de suite.
Parfois, je procède à des textes "expérimentaux",
de petites histoires ou je "teste" et mets en situation les derniers ajustements.
(Certains sur le forum se souviennent sûrement de ces genres de récits ! Wink )

Un autre point que je souhaiterais aborder est celui des méchants.
Force est de constater que ces derniers sont souvent relégués à des "trucs de méchants".
Ils ont souvent la "classe" mais divergent souvent beaucoup des "héros", tant d'un point de vue physique et morale,
pour qu'on les repère du premier coup d'oeil. On ne sait pas si ils ont une vie sociale,
en dehors leur boulot de conquérir le monde, semer le chaos et la discorde, etc
(c'est vrai que c'est prenant comme jos, mais il pourrait...je ne sais pas...
participer à un tournoi de bridge avec les retraités de Perpette-sur-l'Oise tous les Jeudis à 14h, par exemple, non ?)

Avoir un gentil héros, humain, avec ses forces et ses faiblesses, c'est assez "simple",
comparé à la difficulté de créer un bon méchant, avec le même degré de complexité,
avec en plus le côté "méchant", sans sombrer dans les "circonstances atténuantes"
de l'enfance, la soif de vengeance, etc.

Il y a aussi l'aspect intéressant de considérer que le "méchant"
n'est peut-être qu'une question de point de vue. Peut-être que le héros, naïf,
se bat pour la mauvaise cause ?...

Cyrolin est de Besaç ?
Si tel est le cas, j'ai déjà dû le croiser, avec sa gamine braillarde sur les épaules.
Il m'a effectivement fait de la peine, il semblait dépassé par les événements.
Sinon, blague à part, la grande brute au grand coeur, c'est assez archétype-cliché,
à la base, mais tout dépend de ce que tu envisages pour ton personnage.
Tu peux très bien sortir des sentiers battus, et, en tout cas, très bien t'amuser
avec un pareil bonhomme.



La vieille école, c'est le super athlète mais aujourd'hui, avec les trucs de vampire et les bishonen japonais, la mode est plutôt à l'efféminé ténébreux.

Avà, les Vampires, des efféminés ténébreux... emoticlanguep
Je vais dire ça à ce vieux Lucian, il va passer les prochaines heures à se mater narcissiquement dans le miroir.

Voilà, c'était le p'tit grain de sel de miss Flicky.

J'espère que ce long bavardage n'est pas trop hors-sujet.

A bientôt sur l'Artstronef !

alien
avatar
Flicky
Traceur de comètes
Traceur de comètes

Féminin Messages : 759
Date d'inscription : 27/09/2011

http://anotadinotte.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Tuto Re: La création des personnages erreurs classiques et exemple de méthodes

Message par brisemenu le Dim 13 Jan 2013 - 17:28

J'allais y venir aux méchants!!!! Aaaah le vaste programme. Je fais un beau titre souligné et je m'y met.

Les méchants

En réalité, j'en ai déja parlé sans en avoir l'air (hinhin!) parce que les méchants appartiennent à la grande famille des révélateurs.Il arrive qu'ils soient les principaux révélateurs. En tout cas, ce sont presque toujours ceux qui vont révéler ce que le héros a d'héroïque. Ceci pour deux raisons:
_La plus évidente, c'est le rôle d'adversité du méchant. L'adversité, c'est ce qui va permettre au héros de révéler sa force, son courage, son astuce, son charisme et tout et tout. On sait que Conan est super fort parce qu'il passe son temps à massacrer des mercenaires par centaines et des monstrasses de trois fois sa taille au moins. C'est pas forcément un être vivant, ça peut aussi être les montagnes à franchir, les déserts à traverser, la pauvreté, la faim, la solitude... (Dans la horde du contrevent, mon livre fantastique préféré, le vent est la principale adversité.) mais dans les trois quart des histoires surtout jeune public, la principale adversité c'est un bon gros méchant.
_L'autre façon, c'est par ses différences avec le héros. En général, c'est surtout les qualités morales du héros qui sont révélées par opposition au méchant. Par exemple, Conan est loin d'être un enfant de coeur. Il vole, façon monte en l'air ou façon brute, il tue sans hésiter celui qui l'affronte y compris un policier qui ne fait que son devoir, il tape sur les gens pour trois fois rien, il est méprisant envers les faibles et les peureux... mais il y a quand même deux ou trois choses qu'il ne ferait pas: il ne viole pas, il ne trahit pas ses copains et il n'assasine pas un type inoffensif. De plus, il n'est pas sadique: quand il a un problème avec quelqu'un, il lui met un coup de poing ou d'épée et c'est réglé, pas question de torture. Du coup, on lui fait affronter des gars encore pires que lui: des sorciers et rois qui jouent avec les vies humaines, des marchands d'esclaves, des assassins...
Plus le héros et le méchant auront de points communs, plus leur(s) différence(s) seront mises en avant. Classiquement, un méchants peut utiliser les mêmes moyens que le héros pour des fins différentes (Luke et Vador utilisent tous les deux la force) ou avoir les mêmes buts mais utiliser des moyens différents (Xavier et Magnéto veulent tous les deux protéger les mutants, mais Magnéto utilise la violence. )
Evidemment, ça suffit pas pour faire un bon méchant, mais ça donne au moins le squelette du personnage.

En fait, Cyrolin habite sur la planète Gor, mais on peut le voir de temps en temps à Besac le samedi, dans une assoc de jeu de rôle appelé la ligue des stratèges, interprété par un joueur appelé brisemenu drunken
avatar
brisemenu
Poussière d'étoile
Poussière d'étoile

Masculin Messages : 73
Date d'inscription : 07/01/2013

Revenir en haut Aller en bas

Tuto Re: La création des personnages erreurs classiques et exemple de méthodes

Message par Trefle le Lun 14 Jan 2013 - 11:28

Voici un gros travail de réflexion très interessant

Dans tous nos personnages il y a toujours un peu de nous, forcément. Une histoire que l'on invente c'est un peu comme un rêve, chaque personne rencontrée dans un rêve est un côté de nous même. Il en va de même pour les personnages de nos histoires, selon moi. Tous les personnages auront tous une partie de vous, c'est inconscient.

La création d'une "Mary Sue" c'est comme la création d'un fantasme. C'est prendre le risque que le personnage n'est plus rien d'humain. Tintin en est un parfait exemple. C'est pour ça que l'on aime ce qu'on appelle les anti-héros. Des héros de l'histoire, avec leur qualités bien sur, mais surtout leurs défaut, qui les rend si humaines. Le capitaine Haddock en est l'exemple. Personnellement je n'aime pas du tout Tinitin, mais j'adore Haddock.

Moi j'ai un personnage, Berceval, qui est une armure à glace, l'image type de conan le barbare (dont je me suis inspirée pour le créer). Mais très bête
Il n'a peur de rien... sauf de sa dulcinée


Si on arrive à entrer dans la tête de ses personnages et à infiltrer ses pensées, on arrive assez facilement à ne pas tomber dans le piège de la "Mary Sue".

_________________
Comment participer au forum ? d'abord signez le règlement, puis présentez-vous. Attendez ensuite qu'un administrateur vous ouvre le sas des épreuves. Le chemin à suivre vous sera alors indiqué à la suite de votre présentation, ouvrez l’œil.
Si vraiment vous êtes perdus et ne savez pas quoi faire, envoyez moi un mp
avatar
Trefle
Créateur de constellations
Créateur de constellations

Féminin Messages : 2896
Date d'inscription : 27/09/2011

http://luckytrefle.deviantart.com/ http://sylviesbd.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Tuto Re: La création des personnages erreurs classiques et exemple de méthodes

Message par brisemenu le Lun 14 Jan 2013 - 13:12

Tiens Flicky, Trèfle, Lydia, je propose un p'tit jeu à quatre.
Vu que le difficile est de faire un bon méchant, si on se donnait des héros pour leur faire un ou des méchant(s) adapté(s)?
avatar
brisemenu
Poussière d'étoile
Poussière d'étoile

Masculin Messages : 73
Date d'inscription : 07/01/2013

Revenir en haut Aller en bas

Tuto Re: La création des personnages erreurs classiques et exemple de méthodes

Message par Trefle le Lun 14 Jan 2013 - 13:57

Oui, pourquoi pas, mais il faut détailler un peu plus ton idée Very Happy
Comment tu vois l'exercice ? Tu penses au dessin, à la description ?

_________________
Comment participer au forum ? d'abord signez le règlement, puis présentez-vous. Attendez ensuite qu'un administrateur vous ouvre le sas des épreuves. Le chemin à suivre vous sera alors indiqué à la suite de votre présentation, ouvrez l’œil.
Si vraiment vous êtes perdus et ne savez pas quoi faire, envoyez moi un mp
avatar
Trefle
Créateur de constellations
Créateur de constellations

Féminin Messages : 2896
Date d'inscription : 27/09/2011

http://luckytrefle.deviantart.com/ http://sylviesbd.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Tuto Re: La création des personnages erreurs classiques et exemple de méthodes

Message par brisemenu le Lun 14 Jan 2013 - 15:09

De base, comme c'est un tuto scénaristique j'ai pensé à une desciption euh... scénaristique. Mais en fait, s'il y a le dessin à coté c'est encore mieux.

Si, par exemple, je donnais Cyrolin comme héros, on pourrait proposer pour méchants des hommes coléreux et égocentriques. Peut être des chefs de guerre menaçant la douceur de vivre de la petite ville où il se serait installé? Des gens qui voudraient l'enrôler de force dans une guerre absurde? Des missionnaires fous furieux qui voudraient tout interdire et endoctriner la population?
Pourquoi pas aussi lui faire croiser le chemin d'une séductrice hypocrite et calculatrice, lui qui ne sait pas dire non à une femme?
Cyrolin est un troubadour, un maître du verbe. Il raconte des histoires, des poèmes, des épopées, des contes... autant de mensonges qui se reconnaîssent comme tels. On pourrait lui faire croiser la route d'un quelconque sophiste, un type qui ment habilement pour manipuler les autres: Un escroc, un politicien ou un religieux...


Dernière édition par brisemenu le Lun 14 Jan 2013 - 19:19, édité 2 fois
avatar
brisemenu
Poussière d'étoile
Poussière d'étoile

Masculin Messages : 73
Date d'inscription : 07/01/2013

Revenir en haut Aller en bas

Tuto Re: La création des personnages erreurs classiques et exemple de méthodes

Message par Lydia le Lun 14 Jan 2013 - 18:54

J'ai pas compris ton jeu...
on se donne des héros ? (C'est quoi se donner des héros ?)
Ou alors on leur fait des méchants ( sur mesure ?) ?
Ou bien les deux ? (Ce qui fait 8 personnages à créer)
Et dans ce cas, qui fait le méchant du bon de qui ? Hein ? Qui ?

Excellent ton vava !
avatar
Lydia
Admin
Admin

Féminin Messages : 1732
Date d'inscription : 08/10/2011

http://lydelune.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Tuto Re: La création des personnages erreurs classiques et exemple de méthodes

Message par brisemenu le Lun 14 Jan 2013 - 19:17

Ah j'ai fait un édit trop tard.
J'avais pensé que chacun présente un ou plusieur héros et propose aux autres membres de réfléchir au(x) méchant(s) parfait(s) pour lui.
avatar
brisemenu
Poussière d'étoile
Poussière d'étoile

Masculin Messages : 73
Date d'inscription : 07/01/2013

Revenir en haut Aller en bas

Tuto Re: La création des personnages erreurs classiques et exemple de méthodes

Message par Lydia le Lun 14 Jan 2013 - 20:18

D'ac je joue...

J'aurais bien proposé de composer le méchant qui pourrit la vie de Sian... mais là on ne joue plus (et peut-être pourras-tu le relever comme un défi personnel ?)

non... pour le jeu je propose de trouver le méchant de petite Lydia lydiahi ...
à vrai dire je n'avais jamais envisagé de faire apparaître un véritable méchant dans ses histoires...
Tout au plus quelques garnements qui veulent lui faire la peau parce qu'elle n'arrête pas de leur faire des sales coups ! lydiasmile

Et toi, Brisemenu, tu proposes Cyrolin ou bien ?
avatar
Lydia
Admin
Admin

Féminin Messages : 1732
Date d'inscription : 08/10/2011

http://lydelune.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Tuto Re: La création des personnages erreurs classiques et exemple de méthodes

Message par Flicky le Lun 14 Jan 2013 - 21:43

Bonsoir, bonsoir ! ^^

Créer le méchant d'un autre ? Pourquoi pas, ça peut être intéressant !
La façon de faire est pour le moins...surprenante !
Au risque de paraître bizarre, je ne crée pas spontanément
mes "méchants", en opposition directe de mes "héros".
Je les élève souvent chacun dans leur box, avant de les faire se confronter, au gré d'une intrigue... drunken

Mais, j'arrête de bavarder, je veux bien jouer.
Le personnage que je propose est le suivant :

Dumenicu-Santu Battisti
dit "Dumé"

Né le 8 Mars 1897, à Serra-di-Scopamene (Corse-du-Sud)

Apparence physique :
1m78 pour 70kg, mais pas une once de graisse.
C'est un gars assez robuste, tout de nerfs et de muscles.
Pour les détails, voire image ci-jointe. ^^
Spoiler:



Histoire :


On connait assez peu sa vie, et pour cause, Dumé se confie généralement par onomatopées,
ou par quelques brides de phrases très courtes. Il ne fait jamais preuve du moindre signe de sympathie,
et encore moins d'affection, pas même pour son frère aîné, qui n'a pourtant de cesse de le protéger
et de le soutenir en toute circonstance...

De nombreux tocs rendent son comportement atypique,
il a également des tics qui parasitent parfois ses gestes,
et sa voix demeure très souvent monocorde.

Certains disent qu'il est comme ça depuis sa jeunesse,
qu'il a passée dans les tranchées, quelques parts dans l'Aisne.

En fait, Dumé souffre du syndrome d'Asperger, une forme d'autisme dit "de haut-niveau".
Cela explique ses petits traits de caractères précédemment décrits, mais aussi la difficulté
qu'il éprouve à interagir convenablement dans un groupe :
Il est dépourvu d'empathie, et ne comprend pas les codes qui font la société
(NB : c'est ce qu'on appelle la "cécité sociale").
En revanche, c'est également un être, doté de capacités intellectuelles hors norme.
Il est un passionné de mathématiques, et rédige souvent en dilettante
des lignes impressionnantes de calculs et de programmes.
Le revers de cette fascination pour les chiffres est sa petite manie étrange de
remonter de grandes avenues pendant des heures, juste pour lire les plaques d'immatriculation des véhicules garés...
Accessoirement, il est aussi capable d'apprendre une nouvelle langue en une semaine. Very Happy

Dans la vie, qu'est-ce qu'il fait sinon ?
Dumé est gardien de parking à mi-temps.
(ça lui laisse l'occasion de lire de nombreuses plaques d'immatriculation lorsqu'il n'y a rien d'autre à faire)
Sinon, la nuit, il est aussi Chasseur de Nocturnes : Il réduit, à coups de balles en argent,
toute la racaille vampire et lycanthrope de Paris.
Il a ainsi l'impression d'être utile, quelque part, mais se contrefout en même temps de la reconnaissance éventuelle d'autrui.

Je reconnais que Dumé n'est pas vraiment l'archétype du "héros"
mais je lui prévois pourtant quelques heures de gloire, plus tard...
Aussi, je suis assez curieuse de voir le genre de méchant
que vous pourriez lui mettre dans les pattes.
emoticlangue

Je travaillerais sur vos méchants dans les prochains jours. Wink
avatar
Flicky
Traceur de comètes
Traceur de comètes

Féminin Messages : 759
Date d'inscription : 27/09/2011

http://anotadinotte.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Tuto Re: La création des personnages erreurs classiques et exemple de méthodes

Message par Trefle le Lun 14 Jan 2013 - 22:35

Puisqu'on est parti pour le jeu, je propose à mon tour mon héros Very Happy

Berceval...

Spoiler:

Sans peur ni reproche, il est grand, fort, beau, courageux... et complètement idiot Laughing et un peu gaffeur.
Mais il a des tas d'amis, et la belle Blanche fleur comme compagne de cœur.
Le personnage est situé dans un univers moyenâgeux fantaisiste (dragons, sorciers, fées, trolls, etc.)

C'est le personnage d'une de mes BDs. J'avais créé une méchante (sorcière), mais comme je n'ai pas fait beaucoup de pages, elle n'est apparue que durant une aventure (d'une page).

Je vais étudier également vos héros et réfléchir à des méchants à vous proposer.

_________________
Comment participer au forum ? d'abord signez le règlement, puis présentez-vous. Attendez ensuite qu'un administrateur vous ouvre le sas des épreuves. Le chemin à suivre vous sera alors indiqué à la suite de votre présentation, ouvrez l’œil.
Si vraiment vous êtes perdus et ne savez pas quoi faire, envoyez moi un mp
avatar
Trefle
Créateur de constellations
Créateur de constellations

Féminin Messages : 2896
Date d'inscription : 27/09/2011

http://luckytrefle.deviantart.com/ http://sylviesbd.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Tuto Re: La création des personnages erreurs classiques et exemple de méthodes

Message par brisemenu le Mar 15 Jan 2013 - 0:48

J'adore les persos asperger. J'en ai fait un aussi qui est dans mon top cinq de héros fétiches mais je peux pas le proposer, ça ferait doublon. En revanche, je te propose à toi de lire les univers multiples de Baxter tome un: Temps, la moitié du bouquin leur est consacrée. L'autre moitiée concerne le futur lointain de l'univers (après les étoiles, après même la dislocation des atomes...)
Je peux pas non plus proposer cyrolin, j'ai déja donné trop de pistes.

On va partir sur Hu l'éveillé, un personnage qui évolue dans un contexte de chine antique, avec une foule de créatures mythologiques.

Il s'agit d'un petit moine vagabond initié au kung fu, à l'osthéopathie et à l'accupuncture. Comme son nom d'éveillé l'indique, il suit la voie du bouddha (l'éveillé) et cultive assidument son talent pour l'observation, que ce soit de la nature, des hommes ou de ses propres réactions. Pour lui, tout est intéressant et chaque petit évènement du quotidien est porteur d'une sagesse qu'il lui faut apprendre.
Il poursuit un pélerinage initiatique, vivant humblement de sa médecine et de mendicité. Quand c'est nécessaire, il sait défendre sa maigre carcasse à coups de poings, de pieds et de bâton de marche mais ses armes les plus terribles sont son sourire désarmant et son humour de gamin. Il y a des types comme ça que le simple fait de respirer suffit à combler de bonheur.
avatar
brisemenu
Poussière d'étoile
Poussière d'étoile

Masculin Messages : 73
Date d'inscription : 07/01/2013

Revenir en haut Aller en bas

Tuto Re: La création des personnages erreurs classiques et exemple de méthodes

Message par Lydia le Mar 15 Jan 2013 - 2:34

Bien... Une première réflexion (à approfondir) sur vos personnages...

Dumé : lui trouver son Moriarti

Berceval : un rival amoureux de Blanche Fleur, calculateur, rusé, intelligent, mais pas physique du tout, qui créera des situations propices à montrer à la belle que Lui vaut mieux, qu'il l'aime plus, qu'il se soucie plus de son bien être, qu'il saura mieux la défendre.... ou encore des situations où il cherchera simplement à se débarrasser de Berceval... évidemment ses tentatives échouent les unes après les autres ! ^^
avatar
Lydia
Admin
Admin

Féminin Messages : 1732
Date d'inscription : 08/10/2011

http://lydelune.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Tuto Re: La création des personnages erreurs classiques et exemple de méthodes

Message par Lydia le Mar 15 Jan 2013 - 3:10

Je fais un double post pour la suite (je suis sur smartphone...)

Hu l'éveillé : pas d'ennemi personnel car il ne gène personne et il ne possède rien. De plus, pour lui, tout a une raison d'être et s'inscrit dans le grand livre de la vie.
Lorsqu'il quittera l'observation, contemplation, contentation, ce sera pour devenir lui-même l'ennemi d'une force qui, même selon ses valeurs largement tolérantes, ne doit pas figurer dans le livre... Une injustice toute puissante dépourvue de justification...
Un seigneur qui s'accapare le travail, les biens et les vies de la population pour ses seuls usages et plaisirs... et qui détient une arme terrible qui transforme la terre, les plantes, l'eau, et tous les être vivants en cendre. La soumission est totale
avatar
Lydia
Admin
Admin

Féminin Messages : 1732
Date d'inscription : 08/10/2011

http://lydelune.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Tuto Re: La création des personnages erreurs classiques et exemple de méthodes

Message par brisemenu le Jeu 17 Jan 2013 - 0:06

Je vois bien qui pourrait être la bête noir de Dumé.
Chasseur de vampires hein? Pour moi en matière d'inspiration pour des vampires, la référence à connaître avant même Anne Rice, c'est le jeu de rôle vampire la mascarade. Tu as une description assez complète de l'univers et des clans sur ce lien. http://bindusara.free.fr/web/princ.html

Notre méchant s'appelle Sebastien Clervaux, né Sebastien de clair vaux, il y a presque quatre cent ans. Ce serait l'équivalent dans ton univers des vampires du clan Ventrue. Des vampires résolument sociaux, maîtres de la Domination (la capacité du vampire à hypnotiser et soumettre l'esprit des mortels) et de la Présence (le charisme surnaturel des vampires), infiltré dans toute les structures de pouvoir humaines: la politique, la finance, la religion, la justice... Notre petit Sébastien est issu d'une famille de la moyenne noblesse bourgignonne devenue prestigieuse gràce à son grand père, illustre officier de la guerre de trente ans. Sebastien a reçu une éducation complète dans le but de l'envoyer à Versaille représenter les intérêts de sa famille à la cour. Cultivé, élégant, charismatique, il n'eut aucun mal à se faire apprécier à Versaille tandis que, dans le même instant, ses qualités d'intriguant et sa compréhension naturelle des jeux de pouvoir attiraient l'attention de la cour nocturne, qui finit par en faire l'un des sien.
Aujourd'hui, il a les traits d'un modeste, quoi que richissime propriétaire de casinos et fait quelques extras dans le blanchiment d'argent. Ses presque quatre siècles d'expérience en on fait un vampire très puissant, tant par son carnet d'adresse, sa fortune, ses talents de manager et sa maîtrise grandissante de ses pouvoirs. Il commence à avoir la considération de ses aînés et à pouvoir se payer les services de vampires plus jeunes. En bref, il fait ses premiers pas dans la cour des grands.
Evidemment, il en veut plus. Son ambition serait de règner sur son propre territoire. Ce serait déja le cas si, comme d'autres, iil avait osé l'aventure américaine. Mais dans la vieille europe, les places sont chères, peu nombreuses, et souvent occupées par des monstres de plus de mille ans contre lesquels Sebastien ne fait pas le poids.
Il n'a jamais considéré Dumé comme une véritable menace mais, tout au plus, comme une épine dans son pied, le chasseur ayant tué quelques uns de ses "hommes" de main et fait capoter plusieur transactions. C'était tout de même suffisamment agaçant pour que Sebastien décide de faire un exemple. Après une traque rapide, il a fini par obtenir le nom et quelques adresses de sa cibles et débarquer par surprise dans l'une de ses planques, sans même prendre la peine d'amener des gardes du corps.
Il a eu la surprise de sa vie (de sa non-vie en fait) en voyant Dumé prendre la fuite après avoir résisté à sa Domination, ce qu'aucun mortel n'avait réussi depuis des siècles. Pour Dumé, les conventions sociales ne vont pas de soi: il est obligé de les comprendre de manière laborieuse et, surtout, consciente, ce qui le protège contre la pression sociale et les suggestions hypnotiques, même celle d'un vampire.
Il serait facile à Sebastien d'arranger un accident mais, pour le moment, il préfère utiliser les talents de Dumé à son avantage. Puisqu'il tient tant que ça à tuer des vampires, Sebastien va s'arranger pour mettre sur son chemin les vampires qui le dérange. Que Dumé tue sa proie ou qu'il meure en essayant, cela fera toujours un gèneur de moins dans ses pattes. Et d'ici à ce que cet associal comprenne qu'en tuant un vampire, il rend service à un autre....
avatar
brisemenu
Poussière d'étoile
Poussière d'étoile

Masculin Messages : 73
Date d'inscription : 07/01/2013

Revenir en haut Aller en bas

Tuto Re: La création des personnages erreurs classiques et exemple de méthodes

Message par Lydia le Jeu 17 Jan 2013 - 0:42

Je suis impressionnée ! drunken
avatar
Lydia
Admin
Admin

Féminin Messages : 1732
Date d'inscription : 08/10/2011

http://lydelune.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Tuto Re: La création des personnages erreurs classiques et exemple de méthodes

Message par Trefle le Jeu 17 Jan 2013 - 18:48


_________________
Comment participer au forum ? d'abord signez le règlement, puis présentez-vous. Attendez ensuite qu'un administrateur vous ouvre le sas des épreuves. Le chemin à suivre vous sera alors indiqué à la suite de votre présentation, ouvrez l’œil.
Si vraiment vous êtes perdus et ne savez pas quoi faire, envoyez moi un mp
avatar
Trefle
Créateur de constellations
Créateur de constellations

Féminin Messages : 2896
Date d'inscription : 27/09/2011

http://luckytrefle.deviantart.com/ http://sylviesbd.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Tuto Re: La création des personnages erreurs classiques et exemple de méthodes

Message par brisemenu le Jeu 17 Jan 2013 - 19:32

Pour Berceval, il me vient une idée marrante aussi: Un Martin Luther King gobelin.
Je m'explique: Un gobelin un peu plus futé que les autres, appellons le zizik, décidé à lutter contre le racisme antimonstre et rassemblant ses frères opprimés en une force de protestation cohérente, afin d'organiser des opérations de communication: manifestations pacifiques de dragons, grève de la potion de virilité chez les sorcières, pétitions pour l'accessibilité à l'emploi des gobelins et autres humanoïdes, tracts, séminaires... de quoi faire plusieurs mini histoires.
Les héros deviennent dingues devant cette situation! Plus de monstre à zigouiller pour eux, ça veut dire le chômage. En plus, des conscience commencent à s'éveiller parmis les humains qui rejoignent la cause des monstres pour faire cesser le massacres, dépeignant les héros comme des brutes sanguinaires. Il est grand temps de faire quelque chose pour les hommes recommencent à craindre et haïr les monstres, et glorifient à nouveau les héros.
Au plus grand de tous les héros, Berceval, de trouver une solution. Mais réfléchir est loin d'être son point fort.... et que pense sa chère et tendre de tout ça?
Soit elle est en mode cupide et fout des coups de pied au cul à son bonhomme pour qu'il fasse quelque chose, soit elle est en mode sensible et a rejoint le mouvement pour les droits des non-humains.
avatar
brisemenu
Poussière d'étoile
Poussière d'étoile

Masculin Messages : 73
Date d'inscription : 07/01/2013

Revenir en haut Aller en bas

Tuto Re: La création des personnages erreurs classiques et exemple de méthodes

Message par Trefle le Jeu 17 Jan 2013 - 21:09

C'est marrant, ce que tu me décris c'est exactement l'une de mes pages, mais sans le meneur que tu viens d'inventer Very Happy

http://sylviesbd.over-blog.com/photo-11085-b07-l--ennuie_jpg.html

_________________
Comment participer au forum ? d'abord signez le règlement, puis présentez-vous. Attendez ensuite qu'un administrateur vous ouvre le sas des épreuves. Le chemin à suivre vous sera alors indiqué à la suite de votre présentation, ouvrez l’œil.
Si vraiment vous êtes perdus et ne savez pas quoi faire, envoyez moi un mp
avatar
Trefle
Créateur de constellations
Créateur de constellations

Féminin Messages : 2896
Date d'inscription : 27/09/2011

http://luckytrefle.deviantart.com/ http://sylviesbd.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Tuto Re: La création des personnages erreurs classiques et exemple de méthodes

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum